L’Ambre de Décembre – Édito NL#33

« Trouvez l’accroche pour engager plus de clients ! ». Une petite phrase sous le champ objet de cette newsletter. Une petite phrase de rien du tout, pour m’aider à concevoir un titre supposé vous donner envie d’ouvrir la news sans la jeter directement. D’habitude, je ne la vois pas, j’écris assez machinalement. Et puis cette fois, je cherchais une rime avec -embre. Pour décembre, vous voyez. Juste que mon titre soit joli. Et ça a pris des proportions dingues. Je suis assez inspirée en général, mais là, rien à faire, je me refusais à associer le dernier mois de l’année avec membre, anti-chambre, pire, avec novembre, et je bloquais sur l’-embre de décembre.

J’ai agité ma souris, et j’ai regardé autour de mon objet. Le petit conseil commençait pas trop mal, « Trouvez l’accroche » ça me convenait bien comme programme, surtout que j’ai fait un peu de pub, dans une autre vie, et que l’idée d’attirer l’attention plaisait assez à mon ego. La suite de la phrase, en revanche, une déception. «… pour engager plus de clients. ». À quelques semaines de Noël, c’est bien la dernière chose qui me semble importante à partager. Plus, toujours plus. Ne pas voir combien ce qui est là peut être largement suffisant, peut répondre entièrement aux besoins du moment. Ne pas se reposer sur le travail accompli, sur les premières pierres portant déjà solidement les projets qui se dessinent. L’injonction du Plus, comme celle du Mieux, qui nous empêche de voir ce qui est là, ce qui est Bien.

Je suis revenue à mon -embre et je me suis dit que lui aussi, se suffisait à lui-même. Que finalement, ces lettres, ensemble, elles fonctionnaient bien. J’ai accepté l’idée que le sujet de mon édito pouvait être l’absence de rime convenable avec décembre. Et au moment où j’allais vous raconter ma vie, Ô miracle, un autre mot est sorti de mes doigts.

Ambre.

Sans attendre, je tape ambre dans un moteur de recherche qui paye peu (pas ?!) d’impôts en France, et je me réapproprie le mot et son sens. Une résine minéralisée. Quelle histoire… Je continue avec ses propriétés et je me souviens que dite anti-inflammatoire, on l’emploie en collier pour les enfants qui font leurs dents, j’apprends qu’elle est considérée solaire, et aura une action décongestionnante sur les voies respiratoires. Émotionnellement, on l’utilise pour s’affirmer, s’exprimer, équilibrer ses émotions et modérer les déprimes saisonnières.

Je souris. Les minéraux ne m’ont jamais vraiment attirée. Une résine minéralisée, ma foi… Peut-être qu’on peut s’entendre ! Je retiens juste que sa nature lumineuse, solaire et son aspect doré semblent tout à fait répondre à Décembre relégué au fond de l’année. Gris et froid, j’imagine ce mois comme un monsieur tout sec et sombre, muré dans un mutisme aigre, recroquevillé et ralenti. Alors, que se passerait-il si, pour adoucir ce grincement de l’âme, on associait Décembre à Ambre ?

Les fêtes qui palpitent au cœur de décembre, quand l’hiver tombe, c’est ça, l’ambre de décembre. C’est l’éclat d’une résine minéralisée, d’une âme millénarisée. C’est le souvenir de ce qui nous lie, ce qui nous ré-unit, sans l’injonction du Plus, juste le souvenir du Bien, du Déjà là. Le souvenir que Jivatman, l’individu incarné, n’est que le reflet de Atman, de notre essence Divine. Impérissable, inaltérable, ce que vous croyiez être résine corruptible, est minéral immortel. Alors, en décembre, depuis une place immuable, malgré toutes les histoires que vous vous racontez ou que l’on dit sur vous, de toute votre éternité…

… brillez.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s