Le courage d’être imparfait à l’indicatif – Édito NL#30

J’étais
Tu étais
Elle était
Nous étions
Vous étiez
Elles étaient

Le verbe a cette magie de nous rappeler le temps qui passe. Et que notre identité peut changer. Que ce n’est pas parce qu’un prof d’histoire vous dit que vous avez la culture d’une truite (presque vrai) que vous devez abandonner France Inter. Ce n’est pas parce que vous ne connaissez pas le nom des asanas en sanskrit que vous devez rester en Inde 25 ans pour vous inscrire à un cours de yoga. Et ce n’est pas parce que vous avez des faiblesses, des paresses, des perles d’humanité, que vous devez vous cacher et espérer que personne ne voit à quel point vous êtes imparfait.

Vos imperfections peuvent évoluer. Se transformer. Avec le temps qui passe, et la perspective que vous avez d’elles. En les considérant avec respect, au présent, vous adoucissez un peu cette tendance massive à l’auto-jugement, l’auto-critique et les comportements destructeurs. Vous vous reconnaissez dans toute votre authenticité, vous acceptez ce qui est, et vous osez être qui vous êtes.

Je suis
Tu es
Elle est
Nous sommes
Vous êtes
Ils sont

Imparfaits, libres, et heureux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s