Trois pièces cuisine – Édito NL#29

Il y a eu Grenoble. Une maison en ville, un jardin inespéré entre les immeubles et de longues après-midi à courir en rond. Puis Paris, 20 m² où chambre, salon et cuisine ne faisaient qu’un. Paris encore, 38 m² à deux, et encore 26 m² pour une et demie. Enfin, partout. Mes rebonds entre la Thaïlande, la France et la Colombie, l’Australie, la Bolivie, le Népal, l’Inde… 510,1 millions de km², ou presque. Une maison sans fenêtres, avec le ciel pour toiture et les montagnes, le désert et la jungle comme jardin. Toujours à l’abri, toujours en sécurité, dans les bras de ma mer, portée où les courants me menaient, j’ai trouvé un intérieur qui me ressemblait. Alors j’ai investi.

J’ai investi dans une meilleure connaissance de moi-même. J’ai décollé le vieux papier peint, un peu jaune, un peu corné, j’ai lessivé, enduit les petites aspérités, avec patience et minutie. J’ai pris le temps de poncer, de nettoyer, d’étudier, de quel bois j’étais faite, la qualité du support, sa robustesse, sa souplesse. J’ai admiré les fondations solides et la beauté de l’ouvrage. Puis je me suis installée dans cette pièce lumineuse, et j’ai médité.

Jusqu’où devons-nous allez pour nous trouver ?
Quels voyages nous rapprochent de nous-même, nous en éloignent ?
Quand savons-nous qu’il n’est plus nécessaire de chercher ?

Est-ce que ces réponses sont vraiment importantes, quand, à l’intérieur, on dispose déjà d’un beau trois pièces cuisine à notre image, charmant, calme et lumineux ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s