Sang d’août – Édito NL#27

Sur la Drôme Provençale, le soleil se couche, lascif et un peu ivre. Il a déjà brûlé les champs et les murs de la ferme sont encore chauds, roux, ensablés. Nous arrivons juste avant la nuit et déposons nos bagages dans une petite chambre simple mais très joliment décorée. Le lit est moelleux, et depuis, on peut voir les collines s’éteindre par la fenêtre.

Août est le mois où des choses meurent, et où commencent mes nouveaux cycles. Avant, nous partions loin, hors de notre routine familiale, dans un nouveau pays, une nouvelle ville, dans un cadre dépaysant où nous passions notre temps à ne rien faire, seulement être. Au bord de l’eau, nous nous redécouvrions, nous laissions derrière nous les crises de l’année scolaire précédente, nous parlions de l’année à venir, de la rentrée, des projets, de nos envies. Nous riions aussi, beaucoup. Mes parents étaient patients et observaient avec une grande tendresse ces étapes que nous franchissions, chacun à notre rythme, à notre façon.

À plat ventre, stylo en main, j’alternais entre les cartes postales et le journal de bord dans lequel je déployais mes réflexions sur les histoires de l’année. Sur le papier, mes états d’âme étaient souvent confus et douloureux, un mélange de découragement et d’appréhension pour cette vie qu’on m’avait offerte, parce que trop intense, mes mots coulaient comme un sang d’août.

En voyant la lumière disparaître derrière les collines, cette année, je n’ai pas eu l’impression d’être ballottée par le temps, par l’été. Après cette longue route, il y avait un peu de douceur à voir mourir ce jour, un peu d’impatience à embrasser la nuit. J’étais juste à ma place, avec le vertige désormais familier d’être incarnée, mais aussi l’exaltation d’avoir trouvé quoi en faire.

Peut-être le signe que je n’avais plus peur d’exister.

Sans doute.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s